Trac

Présentation

Le trac est un phénomène anxieux bien connu par tous et jugé très handicapant par 35% des gens.

Ce phénomène paroxystique a ses caractéristiques. Alors que la timidité constitue une sorte d’état permanent, le trac est circonscrit et circonstanciel, lié à un contexte particulier :

– Le trac est lié à une/des situation(s) précise(s). On vit une situation désagréable, on attribue l’état anxieux à la situation. On crée un ancrage stimulus-réaction, un automatisme. On appréhende la situation suivante etc…

– C’est avant que ça se passe : de manière plus marquée que dans la phobie sociale par exemple, l’anxiété anticipatoire joue un rôle important. Participent donc, dialogue intérieur catastrophistes, représentations internes alarmistes, comportements inadaptés (évitement, fuite, hyperactivité, vérification, inhibitions…)

– Ca finit par se calmer : en situation, le degré d’anxiété baisse, ce qui différencie de la phobie sociale. Un des problèmes de ce type de problématique réside dans le fait qu’en évitant, en s’échappant ou en se débarrassant rapidement de la corvée, on ne se donne pas la possibilité d’observer et de constater cette baisse d’intensité.

– Si on pratique, si on répète l’exposition, l’anxiété relative à la situation baisse, ce que l’on nomme phénomène d’habituation.

– Les réactions physiologiques sont très intenses, plus importantes que dans d’autres difficultés sociales et anxieuses, entre autres du points de vue de la production d’adrénaline ou de certaines réactions neuro-végétatives comme l’accélération de la respiration ou du rythme cardiaque.

Bien que d’origine encore un peu floue, le terme « trac » semble venir de « traquer ». Le souci dans le cas du trac est qu’il n’y a pas de prédateur réel. On se trouve donc avec des manifestations physiologiques inadaptées (le corps se mobilise pour faire face à un danger réel alors qu’il n’y en a pas). C’est ce même type de manifestation de «fausse alarme» que l’on peut retrouver dans le trouble panique.

Intensité

Plus les manifestations de trac sont intenses, plus on va s’installer dans le paradigme de l’anxiété sociale :

– D’un point de vue corporel : forte activation jusqu’à la panique.

– D’un point de vue cognitif : postulats perfectionnistes et ruminations anxieuses diverses.

– D’un point de vue émotionnel : peur intense

– D’un point de vue comportemental : inhibition et évitement.

Remise en cause

Il conviendra donc de développer différentes ressources :

– Développer des compétences psycho-corporelles permettant de remettre en cause les manifestations neuro-végétatives, entre autres respiratoires, et tensionnelles.

– Remettre en cause les postulats de perfection, établir des objectifs réalistes afin de diminuer l’exigence pour pouvoir développer la tolérance et favoriser une baisse de l’anxiété.

– Travailler sur les différentes empreintes émotionnelles, stimuli dépendants de l’histoire du sujet.

– Développer des comportements adaptés à l’habituation et à la performance.

Ressources

Notre équipe de thérapeutes/coachs à Caen et proche périphérie Découvrir

Méthode d’auto-traitement : En terminer avec l’anxiété sociale Découvrir

MP3 d’auto-traitement : Surmonter la timidité Découvrir

MP3 ‘auto-traitement : Prendre la parole en public Découvrir

MP3 d’auto-traitement : Développer son charisme Découvrir

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *