Timidité

timidite caen

La timidité, dans l’acceptation générale du terme constitue une sorte d’état d’être chronique qui, sans générer un mal-être aigu ou une peur extrême, nuit au développement des relations et compétences sociales. Bien que beaucoup s’arrachent les cheveux à établir une définition depuis quelques années, on peut préciser la définition de la timidité en tant que « manière d’être durable et habituelle, marquée par une tendance prononcée, lors dessituations nouvelles, à se tenir en retrait et à éviter de prendre l’initiative, malgré un désir relatif d’échanges avec l’entourage. »

Qu’est-ce qui intimide?

Parler devant une assemblée74%
Participer à un groupe73%
Rencontrer des inconnus70%
Rencontrer une personne de sexe opposé64%
Etre dans un grand groupe68%
Se sentir inférieur à ses interlocuteurs56%

Différents axes anxiogènes apparaissent donc :

  • La nouveauté
  • L’initiative
  • Le fait d’être en point de mire
  • L’implication personnelle

Contrôle et repli

De manière schématique, quelqu’un de timide se sent donc vulnérable et craint le jugement. Le contrôle va donc être un phénomène important : contrôle de ce qui est dit, contrôle des émotions, contrôle de l’image qui est donnée…

D’où la réserve observée dans le cas de la timidité, où l’apparent repli sur soi-même. Bref, une addition d’inhibitions. S’agissant d’un phénomène non pathologique, les manifestations corporelles, cognitives, comportementales vont être la plupart du temps relativement légères.

Plutôt que des crises paroxystiques, s’installe un état chronique et durable, d’autant plus pernicieux qu’on peut l’associer à la personnalité (« Je suis comme ça »). Il faut donc qu’il y ait handicap ou mal-être pour qu’une personne timide cherche de l’aide.

Mise en place (timidité Caen)

Les facteurs de construction de la timidité peuvent donc être nombreux et variés :

1. Inhibition : le sujet possède les qualités assertives, les compétences sociales mais elles sont inhibées : pour une raison ou une autre, le sujet n’exprime pas ses potentiels et compétences réelles en situation sociale.

– Il peut s’agir ici d’un conditionnement émotionnel : celui-ci fait que l’individu, dans telle ou telle situation, perd ses moyens. Les émotions liées à l’état sont alors importantes.

– Il peut également être question des mécanismes cognitifs de l’individu : discours interne négatif et/ou dévalorisant, auto-verbalisation pendant ou après la situation. Les croyances sont alors au centre du phénomène.

2. Défaut d’apprentissage : le sujet présente des lacunes dans le domaine des compétences sociales. Pour une raison ou une autre, le sujet n’a pas développé telle ou telle compétence ou bien il la possède mais n’a pas appris à l’utiliser ou à la combiner de manière adaptée à la situation :

– Pendant l’enfance, les comportements assertifs n’ont pas été encouragés ou renforcés (« on parle quand on a quelque chose d’intéressant à dire », « tu n’arrêtes pas de parler de toi »…).

– Des comportements inhibés ou évitants ont été encouragés ou renforcés (« dans la vie, il vaut mieux rester en retrait », …).

3. Difficulté à choisir le comportement approprié : le sujet possède les compétences mais a des difficultés à identifier le comportement approprié à telle ou telle situation, ou a lui apporter les nuances et proportions adaptées.

Particularités (timidité Caen)

– On peut noter qu’à la différence de la phobie sociale, la personne souffrant de timidité, après une période initiale d’inhibition s’adapte dans de nombreux cas. On peut expliquer cela par la part différente de motivation ou d’envie qui permet de dépasser la peur ou pat une proportion d’angoisse moins invalidante : la volonté d’être accepté(e) dépasse fréquemment la peur d’être rejeté(e).

– Avec la timidité, on observe plutôt des forces antagonistes ou un conflit paradoxal : la timidité, pour schématiser et caricaturer, consiste souvent en quelqu’un qui a l’impression d’être nul mais qui en même temps se donne obligation d’être parfait, ce qui nécessairement génère de l’anxiété.

timidite caen

Il va donc s’agir dans la timidité selon les cas de remettre en cause les croyances anxiogènes, d’aborder les émotions parasites, de développer telle ou telle compétence, de remédier aux manifestations corporelles de l’anxiété… pour trouver un juste équilibre, adapté au bien-être.

J. Boutillier, responsable des formations Thérapie brève des troubles anxieux et Développer son charisme

Ressources

Notre équipe de thérapeutes/coachs à Caen et proche périphérie Découvrir

timidite ressources

Méthode d’auto-traitement : En terminer avec l’anxiété sociale Découvrir

MP3 d’auto-traitement : Surmonter la timidité Découvrir

MP3 d’auto-traitement ; Développer son charisme Découvrir

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *